Arsenal : le geste qui manque de classe d'Alex Iwobi devant Hamari Traoré

Alex Iwobi Copyright -AFP
Arsenal a battu Rennes (3-0) et s'est qualifié pour les quarts de finale de la Ligue Europa où il affrontera Naples mais l'attaquant Nigérian Alex Iwobi, s'est illustré par un mauvais geste en fin du match.

Le Nigérian s'est pincé le nez après une altercation verbale avec le Rennais Hamari Traoré. Un geste qui, il y a quelques années, avait valu trois matches de suspension à Milan Baros.

Après avoir échangé quelques mots avec lui, Iwobi s'est immédiatement pincé le nez en reculant, voulant sans doute indiquer au Malien qu'il avait mauvaise haleine. Une attitude honteuse et irrespectueuse de la part du Nigérian, selon plusieurs internautes.

C'est le cas notamment de l'attaquant nantais Majeed Waris, qui espère qu'Iwobi aura "la punition qu'il mérite".







CAN 2019 : une prime astronomique pour le vainqueur !

CAN 2019 Copyright -OFC
La Confédération Africaine de Football (CAF) soigne son épreuve reine ! En effet, chacune des 24 équipes qui disputeront la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2019, du 21 juin au 19 juillet en Egypte, touchera au minimum 600.000 dollars, tandis que le futur vainqueur de l’épreuve empochera la somme astronomique de 4,5 millions de dollars (environ 4 millions d’euros), « Cette année, nous avons décidé d'augmenter le prize money pour la compétition », a assuré le président de la CAF, Ahmad Ahmad, dans un entretien accordé cette semaine à RFI. >> CAN 2019 : le calendrier complet Il convient de rappeler également que le Cameroun, vainqueur de l’édition 2017, avait empoché 3,5 millions de dollars, tandis que l’Egypte, finaliste, avait encaissé 2 millions de dollars. Les deux demi-finalistes avaient touché 1,5 million de dollars chacun. >> CAN 2019: les villes-hôtes et les stades, groupe par groupe

Stars de la CAN 2019 : John Obi Mikel, le revenant

John Obi Mikel - Nigeria Copyright -OFC
A l'approche de la Coupe d’Afrique des Nations 2019, Orange Football Club vous propose de découvrir une série de portraits consacrés aux joueurs les plus attendus de la grande messe du football africain. Focus aujourd’hui sur l'emblématique capitaine des Super Eagles du Nigeria, John Obi Mikel. Nom : John Obi Mikel Naissance : 22 avril 1987 (32 ans) Lieu : Jos (Nigeria) Poste : Nigeria Latéralité : droitier Taille : 1,89 m Nombre de sélections : 85 Nombre de buts en sélection : 6 Club actuel : Middlesbrough FC (D2 anglaise) Statistiques en 2018/2019 : 1 but et 4 passes décisives en 22 matches Valeur marchande : 4,5 M€ On ne présente plus le maître à jouer de la sélection nigériane John Obi Mikel. Capitaine des Super Eagles depuis 2015 mais aussi l’idole de tout un pays, tous les espoirs du Nigeria reposent sur ses épaules et son expérience au plus haut niveau. Pièce maîtresse de l’effectif pléthorique de Gernot Rohr pour la CAN 2019, le milieu central de 32 ans sera le chef d'orchestre de la sélection nigériane qui effectue cette année son retour à la grande messe du football africain, et ce, après avoir manqué la qualification lors des deux précédentes éditions. De retour cette saison au "Royaume de sa Majesté", du côté de Middlesbrough, après deux ans passés en Chine, le maître à jouer nigérian n'a toutefois plus porté le maillot des Super Eagles depuis le 26 juin 2018 et la rencontre du premier tour du Mondial russe face à l’Argentine (défaite du Nigeria 1-2). Pour son grand retour en sélection, l'homme aux 85 capes avec les Super Eagles aura à cœur de mener de nouveau ses partenaires sur le toit l'Afrique après le sacre de 2013 en Afrique du Sud.

Thiago Silva (PSG) poussé vers la sortie ?

Les grandes manœuvres estivales débutent au PSG. Avec le retour de Leonardo, le projet parisien trouve un second souffle. Un renouveau qui pourrait être fatal à Thiago Silva, le capitaine.


Le Mercato estival du PSG s'annonce chargé. Aussi bien dans le sens des départs que de celui des arrivées. Et le récent retour de Leonardo à la direction sportive du club provoque une augmentation de l'activité. Le Brésilien pourrait mettre en place une nouvelle ligne directrice et certains joueurs pourraient être vendus durant l'été. Des noms comme Thomas Meunier ou Julian Draxler avaient déjà été cités. Neymar pourrait aussi quitter la capitale. Et désormais, c'est Thiago Silva qui est menacé croit savoir Le Parisien. Le quotidien a évoqué l'éventualité d'un départ du défenseur brésilien du PSG. Selon leurs informations, trouver une porte de sortie au joueur de 34 ans est l'une des priorités de Leonardo. Mais aucun club n'a encore endossé le costume de prétendant pour tenter d’enrôler le natif de Rio de Janeiro.

Thiago Silva au PSG : Une autorité contestée, un niveau contestable


Se séparer de son capitaine est toujours un acte fort. mais dans ce cas-là, il pourrait permettre au champion de France de franchir un nouveau cap. En faisant de la place au sein de la masse salariale pour arriver à séduire Matthijs de Ligt notamment mais pas uniquement. Sa vente, cet été, pourrait également faire rentrer des liquidités dans les caisses du club alors que le défenseur arrivé en 2012 pourrait partir librement en juin 2020. Il ne reste plus qu'un an de contrat à l'ancien joueur du Milan AC. Par ailleurs, Thiago Silva est un peu le symbole du projet jusque-là inachevé du PSG made in QSI. Un joueur de niveau international qui n'arrive pas à répondre présent dans les grands rendez-vous du club de la capitale. Même si sa saison a été honnête, il n'est pas le leader qu'il devrait être. Ni dans le vestiaire en tant que capitaine, ni sur le terrain où Marquinhos parait plus fiable quand il est aligné en défense centrale. Contesté, Thiago Silva pourrait être écarté pour aider à la croissance du club. Une vente qui ne sera pas évidente mais Leonardo n'est pas là uniquement pour recruter des stars. Et il n'y arrivera pas sans sacrifier certains joueurs. Actuellement à la Copa America avec le Brésil, Thiago Silva va certainement avoir besoin de discuter de son avenir avec le nouveau directeur sportif du PSG à son retour.

🔴FLASH: Michel Platini placé en garde à vue ce mardi !

Michel Platini n'en a pas fini avec ses ennuis judiciaires. D'après Mediapart, l'ancien président de l'UEFA aurait été placé en garde à vue ce mardi matin dans le cadre d'une enquête sur l'attribution du Mondial 2022 au Qatar.
Les autorités continuent d'enquêter sur les conditions de l'attribution de la Coupe du Monde 2022 au Qatar. Et Michel Platini en fait les frais. D'après Mediapart, l'ancien Président de l'UEFA a été placé en garde à vue ce mardi matin. Il serait actuellement entendu à l'Office anticorruption de la police judiciaire, à Nanterre.

Le vote de Michel Platini dans le viseur des autorités

Depuis 2016, le parquet national financier mène une enquête sur « des faits présumés de corruption active et passive de personne n’exerçant pas de fonction publique ». En 2017, l'ancien joueur de la Juventus Turin avait déjà été entendu. Il avait reconnu avoir voté pour le Qatar lors de l'attribution du Mondial 2002 au début du mois de décembre 2010. Désormais il est placé en garde à vue. Une réunion secrète organisée à l'Elysée entre Nicolas Sarkozy, Tamim ben Hamad al-Thani, l'émir du Qatar depuis 2013 et Michel Platini quelques jours avant le vote de la FIFA est dans le viseur de la police d'après Mediapart. Le Premier Ministre qatari de l'époque Hamad ben Jassem al-Thani et le secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant auraient aussi participer au déjeuner selon des archives de l'Elysée consultées par Le Monde en 2015. Claude Guéant aurait aussi été convoqué par la police ce mardi matin pour être entendu en tant que suspect libre.

Une enquête pour connaître le rôle de la France et de ses représentants

Cette annonce est un véritable coup de tonnerre dans le monde du football alors que Michel Platini arrivait à la fin de sa suspension de toute activité liée au football. Il ne semble pas y avoir de nouvelles accusations qui planent sur la légende du football français mais le Parquet National Financier cherche à déterminer avec plus d'exactitude le rôle joué par la France et ses représentants dans l'attribution du Mondial 2022 au Qatar. Michel Platini est déjà suspecté d'avoir été particulièrement conciliant avec le Qatar lors de la campagne électorale.

Les « Young Lions » que les Bleuets devront museler

L’équipe de France défiera l’Angleterre ce mardi (21h00) pour ses débuts dans l’Euro Espoirs. Un adversaire redoutable sur le plan collectif, et doté de quelques individualités qu’il faudra surveiller de près.

Phil Foden, l’organisateur


Agé de 19 ans seulement, Phil Foden sera l’un des plus jeunes joueurs de cet Euro Espoirs. Mais il dispose déjà d’un palmarès à même de faire beaucoup d’envieux, avec notamment deux titres de champion d’Angleterre, deux League Cups et une FA Cup. S’il est évidemment encore un peu trop tendre pour prétendre durablement à une place de titulaire du côté de Manchester City, le milieu d’1,71m a malgré tout pu s’incruster dans la rotation mise en place par Pep Guardiola. « En tant qu’entraîneur, j’ai vu beaucoup de joueurs. Phil Foden, lui, a quelque chose en plus qu’on ne voit que très rarement, » a d’ailleurs déclaré le coach espagnol au sujet du gamin né à Stockport, dont les qualités techniques sont indéniables. C’est à lui qu’incombera la responsabilité d’organiser le jeu anglais et de fournir des cartouches à ses attaquants.

Ryan Sessegnon, l’accélérateur


Dire que la saison de Fulham a ressemblé à un long chemin de croix est un doux euphémisme. Avant-derniers du classement et mathématiquement relégués plusieurs semaines avant l’épilogue de l’exercice 2018-19, les Cottagers sont donc déjà de retour en Championship. Et ils devront probablement se passer de Ryan Sessegnon, qui fait l’objet de nombreuses rumeurs de transfert. Il faut reconnaître que le Londonien a parfaitement su se mettre en lumière durant son passage en Premier League. Capables de placer des accélérations redoutables, le « Young Lion » a souvent fait des différences sur l’aile gauche, bien qu’il ait parfois péché à la finition.

Dominic Calvert-Lewin, le finisseur


Pour occuper le poste d’attaquant de pointe, Aidy Boothroyd a principalement le choix entre deux Dominic. Il y a Solanke, le massif avant-centre vendu à Liverpool par Bournemouth l’hiver dernier. Et il y a Calvert-Lewin, qui a joué bien plus régulièrement que son homonyme cette saison. En dépit de la concurrence prévalant chez les Toffees (Richarlison, Cenk Tosun…), le joueur formé à Sheffield United s’est peu à peu imposé et a même enchaîné les titularisations en championnat à partir de fin février. Buteur à six reprises en championnat, le jeune talent d’Everton reste sur trois réalisations lors de ses trois dernières apparitions avec l’Angleterre Espoirs.

Aaron Wan-Bissaka, reculer pour mieux briller


Aujourd’hui, Aaron Wan-Bissaka fait partie des latéraux les plus cotés en Premier League. Mais c’est en évoluant un cran plus haut que le joueur de Crystal Palace était parvenu à se faire connaître. « Je l’ai vu jouer plusieurs fois avec les jeunes, a raconté à France Football Steve Parish, le président des Eagles. C’était un athlète incroyable, il avait toutes les qualités et faisait de superbes matchs en tant qu’ailier. » Les options étant légion à son poste, le défenseur né à Londres a finalement reculé sur le terrain. Et bien lui en a pris, comme en témoigne sa brillante saison sous les ordres de Roy Hodgson. Manchester United lui ferait les yeux doux et aurait mis cinquante millions d’euros sur la table pour se l’offrir. Un montant qui pourrait encore grimper en cas d’Euro réussi...