Anniversaire Abedi Ayew: le "Pelé africain" souffle ses 55 bougies

Abedi Pelé en 1993 Copyright -AFP
Le 5 novembre est une date particulière pour tous les férus du football ghanéen et africain, puisqu’il s’agit de l’anniversaire du légendaire attaquant des Black Stars, Abedi Pelé, qui fête aujourd’hui ses 55 ans.

Abedi Pelé. Lorsqu’on est footballeur professionnel, revêtir le nom du légendaire attaquant auriverde est un lourd fardeau. Le genre de pseudonyme qui condamne quasiment un joueur à subir une carrière anonyme. Et pourtant, l’illustre canonnier des Black Stars du Ghana des années 90, Abedi Ayew, s'est payé le luxe de créer un «nouveau Pelé africain» grâce à ses propres faits de gloire.

Triple Ballon d’or africain d’affilée (1991, 1992 et 1993), l’homme qui a écrit avec sa patte gauche de velours les plus belles heures de l'histoire de l'Olympique de Marseille, a pourtant longtemps vécu l'anonymat.

Né le 5 novembre 1962 à Domé, le jeune Ayew a taquiné ses premiers ballons dans les faubourgs de la région d'Accra au Ghana.

Avant de trouver la stabilité et la gloire dans le sud de la France à Marseille, celui qui a évolué avec 14 clubs dans sa carrière aura connu une longue traversée du désert : Du Real Tamale United dans son pays natal, à Al Saad au Qatar en passant par les Dragons de l'Ouémé au Bénin, Zurich, Niort et Mulhouse… le jeune ghanéen semblait malheureusement suivre le même chemin que ses parents talentueux qui n'ont pas eu la carrière qu'ils méritaient en Europe. (Son frère Kwame Ayew et ses oncles étaient également footballeurs).



Son arrivée à Marseille à 23 printemps aurait pu correspondre à sa sortie du tunnel. Mais son premier passage chez les Olympiens fut infructueux entre 1987 et le début d'automne 1988 (13 matches disputés et 0 but).

Convaincus par son potentiel, les dirigeants marseillais prêtent alors le jeune Black Star au LOSC afin qu’il s’aguerrisse. Aux côtés de futurs cracks comme Jocelyn Angloma ou Bernard Lama, Ayew trouve enfin son inspiration et réalise deux saisons pleines en faisant parler la poudre à 21 reprises en 52 apparitions. Des prouesses qui lui permettent de bénéficier d’une seconde chance au Vélodrome à partir de 1990.

Son come-back à l’OM est fabuleux. Le surdoué ghanéen crève littéralement l'écran pendant trois saisons de 1990 à 1993. Ses prouesses et ses exploits footballistiques ont été telles que chacun de ses trois exercices fut paraphé par un titre de champion ainsi que par celui de Ballon d’or africain !



Technicien hors pair, doté de coups de reins dévastateurs et d’une exceptionnelle vision de jeu, le Black Star s’impose comme l’une des pièces maitresses de l’effectif olympien qui dominait le championnat de France et suscitait la crainte de ses adversaires en Europe.

La folie Abedi s’empare de la Canebière et le «Pelé africain» ne cesse d’enchaîner les prestations de haut vol sur les terrains français et européens. La consécration arrive en 1993 lors de la grande finale de la Ligue des Champions UEFA lorsque l’OM s’offre le sacre européen en battant le grand Milan AC grâce à un but de Basile Boli servi par le génial ghanéen (1-0). Un exploit mémorable qui permet à Abedi Pelé de devenir le premier joueur d'Afrique noire à remporter la plus prestigieuse des compétitions de clubs.



Le redoutable Black Star ne s’est pas arrêté qu’à ses exploits en club. Capitaine emblématique du Ghana de 92 à 98, il a également fait étalage de tout son talent sous le maillot de sa Nation où il connaitra des fortunes diverses.

A seulement 18 printemps, il faisait déjà partie de la génération exceptionnelle de Black Stars qui décrocha la CAN 1982 en Libye. Il atteindra ensuite la finale de la prestigieuse coupe africaine en 1992 au Sénégal. Suspendu pour la rencontre, il assiste impuissant à la défaite des siens à l’issue d’une séance interminable de tirs au but face à la Côte d’Ivoire (0-0, 10 à 11). Pelé a toutefois inscrit 3 buts dans cette édition de la CAN.

En quart de finale de l’édition suivante en 1994, l’homme aux 73 capes sous le maillot ghanéen est également éliminé par les Eléphants (1-2). En 1996, le Ghana d’Abedi Pelé termine 4ème, éliminé en demi-finale par le futur vainqueur, le pays hôte, l’Afrique du sud.

Le grand regret de Pelé demeure toutefois de n’avoir jamais goûté à une phase finale de Coupe du Monde. Toutefois, et à l’image de son homonyme brésilien, il demeurera à jamais un Roi du ballon rond.

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Bayern : Alaba parle de son avenir

Ce samedi, après la large victoire du Bayern contre Düsseldorf (5-0), David Alaba a parlé de son avenir.
L'avenir de David Alaba s'éclaircit. Le nom de l'international autrichien a fait l'objet de nombreuses rumeurs ces dernières semaines. Le polyvalent défenseur - qui peut évoluer au milieu - a notamment été cité comme unje cible potentielle du Real Madrid pour succéder à l'emblématique Marcelo sur le flanc gauche de la défense. Alors que son contrat expire en 2021, Alaba en a dit un peu plus. La tendance est clairement à une prolongation depuis quelques semaines.

Alaba prêt à rempiler avec le Bayern


Le quotidien allemand Bild indiquait récemment que les responsables du Bayern avaient proposé un nouveau bail à leur sociétaire autrichien, et qui s’étend jusqu’en 2025. Un engagement d’une longue durée qui serait assorti d’une revalorisation salariale. « Nous verrons ça dans les prochaines semaines. Je suis concentré sur l'essentiel. Nous n'avons pas fixé de deadline », a commenté l'international Autrichien dans des propos repris par L'Equipe. David Alaba en a par ailleurs pour féliciter Alphonso Davies, révélation de cette saison à Munich, et amené à lui s'installer sur un côté gauche qu'il connait si bien. « C'est un garçon plein de gaz. Il est à l'écoute pour progresser. Il montre une volonté d'apprendre en permanence. »

Bundesliga : Kunde Malong et Mayence encore dans le dur

Face à Hoffenheim ce samedi lors de la 29e journée de Bundesliga, le milieu de terrain camerounais Pierre Kunde Malong et Mayence ont été vaincus 0-1.

Déjà quatre matchs de championnat depuis la reprise le 17 mai dernier, et toujours pas de victoire pour Pierre Kunde Malong et Mayence. Déjà englués dans une série de deux nuls et une défaite, le Camerounais et son club sont tombés ce samedi devant Hoffenheim (1-0). Même si ses partenaires et lui ont dominé leurs adversaires durant la majeure partie de cette rencontre qui comptait pour la 29e journée de Bundesliga. Alignés dans un schéma en 4-2-3-1 avec un Kunde Malong sur le banc de touche, les Zerofivers se sont montrés entreprenants offensivement dès l’entame. Mais se sont leurs adversaires qui auront les meilleures occasions. La première, c’est sur penalty. Heureusement pour Mayence, Florian Müller sortait le grand jeu pour repousser le tir de Steven Zuber (27e). Le gardien mayençais a cependant peu de chance devant un Ihlas Bebou qui conclue ensuite une action de génie. Lancé en profondeur, celui qui est entré 6 minutes plus tôt va clouer la défense d’un geste technique du droit avant d’envoyer le portier cueillir des fleurs (0-1, 43e).

A lire aussi >> Bundesliga : Kunde et Mayence se heurtent à un solide mur de Berlin

De retour de la pause, les joueurs du club hôte multiplient les assauts. Mais même l’entrée en jeu de Kunde Malong (76e) ne va pas changer grand-chose au destin de la rencontre. Mayence est vaincu une fois encore. Le club pointe à la quinzième place du classement, avec un point d’écart sur le premier relégable.

Mondial 2002 : "Le Sénégal avait marabouté la France" !

Copyright -OFC
La rencontre de la Coupe du Monde 2002 à Séoul entre le Sénégal et la France est restée dans l'histoire du football Sénégalais. Le but de Papa Bouba Diop à la demi-heure du jeu a permis aux Lions de la Téranga de faire chuter le champion du Monde en titre (à l’époque) sur les terres asiatiques. Un mauvais souvenir pour l’ex international français, Emmanuel Petit qui semble ne pas avoir encore digéré cette défaite. Pour l’ancien tricolore, les Bleus auraient été victimes de sorcellerie ! « Les marabouts ont contribué à la victoire du Sénégal (éclats de rires). Je vais vous raconter une anecdote : un an avant la coupe du monde en Corée, je suis sur une plage en France. Un vendeur à la sauvette vient me voir. Il me regarde sérieusement et me dit : « tu sais la coupe du monde qui aura lieu dans un an la France va affronter le Sénégal et va perdre par un but à zéro, parce que nos marabouts sont très puissants au Sénégal. Vous allez voir. (…) ça m’est venu à l’esprit et je me suis dit peut-être que la France a été maraboutée. On a eu beaucoup de malchance dans ce match. On a tapé les poteaux et la barre transversale plusieurs fois. Il ne manquait que ce but. Non mais sérieusement, le Sénégal méritait cette victoire », confie-t-il dans un entretien avec Record. A lire aussi sur Orange Football Club >>Quiz: Que savez-vous sur l'histoire footballistique du Sénégal ?

FC Barcelone : Pour Medel, Arturo Vidal rêve d'un autre club

Alors que son nom est évoqué pour un départ du FC Barcelone, Arturo Vidal rêverait de porter les couleurs de Boca Juniors, selon Gary Medel.
Nouvelle piste pour un éventuel transfert d'Arturo Vidal ? Le milieu de terrain de Bologne et ami du Barcelonais Gary Medel a donné à Radio Continental une révélation qui pourrait faire plaisir à certains aficionados argentions. « Vidal meurt d'envie de jouer à Boca Juniors. Il aimerait jouer là-bas, avec ou sans moi. Il suit le club sur les réseaux sociaux, pour lui ce serait un rêve. »

Gagner un neuvième championnat d'affilée


Le Chilien de 33 ans est sous contrat avec le FC Barcelone jusqu'en juin 2021, et fait l'objet de nombreuses convoitises. L'Inter Milan s'est positionné pour faire venir le milieu cet été, Dortmund est intéressé tout comme plusieurs clubs de Premier League. Interviewé par les médias officiels du Barça, Vidal se concentre surtout à remporter la Liga. Il décrocherait son neuvième championnat local de suite, après 4 Serie A avec la Juve, 3 Bundesliga avec le Bayern Munich et la Liga avec Barcelone la saison passée.

Bayern Munich : Les joueurs acceptent une nouvelle baisse de salaire

Face à la crise, les dirigeants du Bayern Munich ont confirmé que les joueurs ont accepté à nouveau de baisser leur salaire.
Le titre de Bundesliga n'est pas le seul objectif du Bayern Munich cette saison. En dehors des terrains, le club doit faire face comme beaucoup d'autres au Coronavirus, et à la crise économique qui en découle. Un combat dont a pris part les joueurs via une baisse de salaire le mois dernier (aux alentours de 20%). Un beau mouvement collectif qui en a suivi un autre selon Bild. Le média allemand relaye les propos d'Herbert Hainer, président du Bayern. « Notre groupe comprend pleinement la situation, et renonce de nouveau à une part de salaire ». Ce nouveau geste décrit par Hainer envers les employés du club interviendra jusqu'à la fin de la saison, sans pour autant préciser le montant de cette baisse.

Efforts et compétition de charité


Pas d'informations également au sujet de cette fin de saison. Le président peut parler de la saison de Bundesliga, s'achevant le 27 juin, ou de la saison sportive, qui pourrait terminer le 4 juillet (finale de la Coupe d'Allemagne) ou plus tard selon le calendrier de la Ligue des Champions en août. Pour rappel, le Bayern, l'Inter Milan et le Real Madrid organiseront en 2021 une coupe de la Solidarité afin de récolter des fonds pour les forces sanitaires d'Espagne et d'Italie.