Amiens : Jallet inquiet

Copyright : Panoramic
Comme Christophe Jallet, de nombreux joueurs en fin de contrat s'inquiètent de leur situation.
L'international Français Christophe Jallet, âgé de 36 ans, voit son contrat à Amiens expirer au terme de la saison actuelle. Mais la grave crise sanitaire engendrée par l'épidémie de coronavirus le plonge dans le doute. "Je n'ai pas encore pris de décision quant à mon avenir et cette situation n'arrange rien, a-t-il expliqué dans des propos accordés au journal L’Équipe. Si je devais terminer ma carrière sur un virus, j'aurais les boules ! Si la saison était carrément annulée, j'aimerais en faire une de plus car tout va bien physiquement et je me régale encore."

Christophe Jallet espère des avenants de contrat


"Je pense qu'il y aura des avenants de contrats avec un, deux ou trois mois de plus, a continué Christophe Jallet. Si on me disait que je ne peux pas terminer la saison parce que mon contrat est arrivé à échéance, je trouverais cela tellement injuste". Pour rappel, le défenseur latéral droit est arrivé à Amiens l'été dernier, où il s'est engagé pour un an. Il a évolué par le passé à Lorient, au PSG, à Lyon et à Nice.
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Bayal Sall se rappelle de ses luttes épiques avec Zlatan Ibrahimovic

Copyright -AFP
L'ancien défenseur Sénégalais de Saint-Etienne, Bayal Sall, s'est rappelé de ses luttes épiques avec l'ex-attaquant du Paris Saint-Germain, Zlatan Ibrahimovic, qui évolue actuellement avec le Milan AC. Voici les meilleurs extraits de son Interview avec le site officiel des Verts. Son coéquipier le plus attachant Loïc Perrin. Un bon mec. Une belle personne. Honnête, humble, droit, toujours serein. En dix ans à ses côtés, je ne l’ai jamais vu se fâcher. Lors des causeries d’avant-match, il savait trouver les mots justes, nous motiver. Il sait également être généreux. Lorsque je souhaite faire plaisir à des amis au Sénégal, il répond toujours présent. Je le considère comme un frère. Son coéquipier le plus chambreur Romain Hamouma. Lui aussi, je l’adore ! Comme le petit Ismaël Diomandé, d’ailleurs. Ces trois-là, ils n’ont pas la mémoire courte et nous sommes toujours restés en contact. Romain, j’étais un peu son souffre-douleur, sa cible préférée. Mais sans méchanceté bien évidemment. Je disais toujours au président en plaisantant : « Romain, il me fatigue ! ». Le jour où nous avons gagné au Parc (1-2), il voulait que je monte dans la soute… Le joueur le plus talentueux des Verts J’en citerais deux. Pascal Feindouno et Allan Saint-Maximin. « Féfé », je l’avais surnommé « le Zidane africain ». Le talent à l’état pur. Combien de fois, il nous a soulagés ! Il avait des yeux derrière la nuque. Allan est également un dribbleur hors-pair. Tous les deux, ils voyaient plus vite que tout le monde. La plus grosse fête avec l'ASS Forcément après la victoire en Coupe de la Ligue (1-0 en 2013 face à Rennes). Nos supporters attendaient ça depuis 33 ans. On était généreux dans l’effort, compacts et nous avions un super quatuor offensif. On tirait tous dans le même sens. Tu ne t’intéressais pas au montant du transfert de tes coéquipiers. Quand nous sommes arrivés à l’aérodrome à Sainté, c’était de la folie. Magnifique, génial, inoubliable. Et le lendemain, le défilé dans les rues. Un truc de fous. Moi qui ai le sang vert, j’étais fier de ce que nous avions réalisé. Son plus grand regret J’aurais tant aimé finir chez moi, ici à Sainté. Après avoir mis, l’an dernier, ma carrière entre parenthèses afin de rester auprès de mon père malade, et depuis décédé, j’aurais souhaité signer un an. Bien sûr, j’avais des kilos superflus. Mais j’étais super motivé et prêt à tout donner pour bousculer la hiérarchie. Son duel hors norme avec Zlatan J’étais le 4eme défenseur central dans la hiérarchie. Mais avec Thierry Cotte, le préparateur physique, j’ai bossé comme un dingue. Le doc et le kiné m’ont également donné beaucoup de courage. Sur ce match, je jouais à quitte ou double. Il me fallait montrer que j’étais encore là et bien là. Pour ma première titularisation de la saison, je me suis lancé un défi que j’ai relevé. Au final, c’est Zlatan qui a disjoncté et pris un rouge. A lire aussi >> Royal Antwerp : Moustapha Bayal Sall résilie son contrat

Crystal Palace : Yannick Bolasie voir du Neymar en Zaha

Wilfried Zaha - Côte d'Ivoire Copyright -AFP
L'ailier Ivoirien de Crystal Palace, Wilfried Zaha, a été couvert d'éloges par l'attaquant Congolais d'Everton, Yannick Bolasie, qui était d'ailleurs son ancien coéquipier avec les Eagles. « Quand j’ai dit que Wilf avait une sorte de capacité de Neymar, les gens disaient : ‘Nah, nah, nah’, mais ensuite ils ont commencé à regarder et à dire : ‘En fait, il en a’», a indiqué le TGV Congolais sur le site officiel de Crystal Palace. « Chaque saison, pour moi, il s’améliore et prouve qu’il est mieux. Il met à l’aise ses coéquipiers, les met en position de marquer, il délivre des passes plus rapidement qu’auparavant. Je constate une amélioration de tout son jeu, il n’est pas seulement ce dribbleur que tout le monde pense qu’il est ; il peut voir et faire la passe », a-t-il ajouté avant de conclure : « Je pense que je lui ai appris certaines choses, pour être honnête, quelques petites choses qu’il aurait tirées de mon expérience ! » A lire aussi >> Mercato : Wilfried zaha fera t'il son retour à Manchester Utd ?

Côte d'Ivoire - élection à la FIF : qui sera le nouveau président de la FIF?

Après le retrait de Sidy Diallo à la tête de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF), trois (3) candidats ont déclarés leur candidature même si rien n’est officielle pour le moment. Pour succéder à Sidy,nous avons Sory Diabaté, Idriss Diallo et Didier Drogba. Pour l’instant aucun favori ne se dégage.  Dans un communiqué publié par la FIF donc nous avons copie, la date des prochaines élections est fixée au jeudi 20 août 2020. Il faut rappeler que depuis quelques mois, la pré accompagne bat son plein sur les réseaux sociaux, chez les Présidents de clubs et les groupements d'intérêts.
 

Coronavirus : Liverpool-Atletico Madrid aurait causé 41 morts

Sadio Mané - Liverpool Copyright -AFP
La rencontre des huitièmes de finale de la Ligue des Champions entre Liverpool et l'Atlético Madrid, disputée le 11 mars dernier devant 52 000 supporters aurait causé le décès de 41 personnes à cause du Coronavirus, comme l'indique une étude britannique rendue public dimanche. En effet, 3000 supporters ont fait le déplacement de Madrid pour assister à ce choc, qui a livré toutes ses promesses avec une victoire des Madrilènes (2-3 a.p), alors que l'Espagne comptait à l'époque environ 640.000 cas de coronavirus, contre 100.000 au Royaume-Uni. Les morts avaient eu lieu dans des hôpitaux proches de la ville de Liverpool, 25 jours après le match, selon l'étude qui a pris en compte les données sanitaires officielles du gouvernement Britannique. "Si des personnes ont contracté le coronavirus à cause d'un évènement sportif qui n'aurait pas dû avoir lieu et bien c'est scandaleux", a indiqué Steve Rotheram à la BBC. "Il est nécessaire d'enquêter afin de savoir si certaines de ces contaminations sont liées à des supporters de l'Atlético. Il y avait des points chauds où le virus était présent et Madrid était l'un d'eux", a-t-il soutenu. Un autre match de huitième de finale de la compétition est dans le viseur, à savoir celui entre l'Atalanta Bergame et Valence, joué le 19 février à Milan. La Lombardie est à ce jour l'une des régions les plus touchée par la pandémie dans le monde. Cette rencontre avait été même considérée comme une bombe biologique par les virologues. La même étude ajoute que la décision de laisser 250 000 personnes assister aux grandes courses de chevaux de Cheltenham (sud-ouest de l'Angleterre) mi-mars serait aussi derrière 37 décès. Une déclaration qui met encore en doute la possibilité de revoir des événements sportifs majeurs reprendre en Angleterre où les recommandations du gouvernement britannique et les conseils sanitaires des autorités concernées ne semblent pas respectés. Le retour de la Premier League est d'ailleurs toujours hypothétique. A lire aussi >> Rétro: Il y a 15 ans, Liverpool renversait l'AC Milan

Reprise des championnats : L'amendement déposé au Sénat rejeté par les ligues professionnelles

Alors que six sénateurs ont déposé un amendement proposant la reprise des championnats, cinq ligues professionnelles ont exprimé leur opposition au travers d'un communiqué commun.
Le sport professionnel français n’entend pas relancer tout de suite son activité. Les nombreuses prises de parole du président de l’Olympique Lyonnais Jean-Michel Aulas ont convaincu six sénateurs, dont quatre issus du département du Rhône, à déposer un amendement devant la chambre haute du Parlement afin de relancer la saison 2019-2020 « si la situation sanitaire le permet et après avis du comité de scientifiques ». Dans ce texte, les sénateurs signataires avancent que « la situation a clairement évolué » et critiquent « le caractère prématuré de cette annonce gouvernementale » d’arrêter les championnats de sports collectifs faite par le Premier Ministre devant l’Assemblée Nationale le 28 avril dernier. Un amendement qui a été déposé car, selon eux, « de nombreux acteurs remettent en question ce choix ».

Les ligues professionnelles veulent préparer la saison prochaine


Au lendemain du dépôt de cet amendement au Sénat, cinq ligues professionnelles réunies au sein de l’ANLSP (Association Nationale des Ligue Sportives Professionnelles) ont émis un communiqué commun s’opposant à une telle mesure. « Les ligues professionnelles rappellent que les décisions d’arrêter les saisons sportives 2019-2020 ont été prises en responsabilité, consécutivement aux décisions de l’État et dans une logique de préservation des intérêts collectifs en jeu, assurent les ligues de football, rugby, handball, volleyball et basketball dans ce communiqué. A l’heure où le sport français fait face à des circonstances exceptionnelles, cet amendement serait source d’une confusion qui déstabiliserait encore davantage les instances sportives. » Pour ces cinq instances, préparer la saison prochaine, dont le démarrage pourrait être fait à huis clos en août prochain, est impératif. « Nous pensons qu’il importe au contraire d’unir nos forces pour préparer dans les meilleures conditions possibles la reprise de la saison 2020-2021 et accompagner durablement les clubs dans la gestion d’une crise inédite », assurent les ligues professionnelles. Une prise de position qui pourrait faire une nouvelle fois réagir Jean-Michel Aulas.