đź”´ Brest - PSG (1-2): les tops, les flops et les notes !

PSG Copyright -AFP
Copyright : Panoramic
Une semaine après sa défaite à Dijon (2-1), le PSG s’est à nouveau fait peur samedi à Brest, mais a arraché la victoire dans les dernières minutes (1-2) après avoir encore été rejoint au score. Les Bretons perdent leur invincibilité à domicile cette saison face à des Parisiens qui prennent 10 points d’avance en tête de la Ligue 1.

LE DEBRIEF


Le PSG a encore joué avec le feu samedi. Mais il s’est cette fois tiré d’affaire en arrachant la victoire dans les dernières minutes à Brest (1-2). Entré peu avant à la place d’Edinson Cavani, Mauro Icardi a fait basculer la rencontre avec son 9eme but de la saison toutes compétitions confondues. Une semaine après leur défaite surprise à Dijon (2-1), les Parisiens renouent avec la victoire en championnat et reprennent provisoirement 10 points d’avance en tête du classement. Ils brisent aussi au passage l’invincibilité des Brestois à domicile cette saison. Des Bretons punis en fin de match après une prestation ambitieuse, où ils ont parfois fait mieux que jeu égal avec le PSG. Mais ils ont manqué de l’efficacité froide d’Icardi dans la surface adverse.



Avant ce dénouement heureux, les Parisiens avaient alterné le bon et le médiocre. Auteurs d’une bonne entame malgré un onze de départ remanié, avec des titulaires en manque de temps de jeu ces dernières semaines (Draxler, Cavani, Sarabia, Kurzawa, Rico), ils avaient mis d’entrée l’intensité réclamée la veille par Thomas Tuchel en conférence de presse. Mais ils n’obtenaient pas pléthore d’occasions pour autant, par manque de justesse aux abords de la surface. Le PSG était même gêné dans la relance par le placement haut des Brestois, qui ont bénéficié de ballons de récupération intéressants grâce à leur pressing. Mais c’est aussi sur une situation de pressing qu’ils ont été pris en contre en fin de première période.

Devant au score, comme à Dijon ou contre Bruges dans la semaine en Ligue des Champions (1-0), le PSG s’est à nouveau laissé endormir, pris dans un faux-rythme qui a maintenu les Bretons dans le match. L’égalisation finalement pas si imméritée des hommes d’Olivier Dall’Oglio, qui avaient toutefois peu investi le camp adverse dans ce second acte, a secoué des Parisiens gagnés par la fébrilité. S’en est suivi une bonne dizaine de minutes de flottement, jusqu’à l’entrée d’Icardi, mais aussi d’Eric-Maxim Choupo-Moting et de Marquinhos, qui ont participé à remettre de l’ordre dans la maison. D’autant plus important que ce match était justement une question d’ordre à rétablir. Le PSG l’a fait, mais dans la difficulté. Preuve que le patron manque encore d’autorité.

 

L’instant T :


Les Brestois jouent leur chance à fond et mènent l’attaque à la 85eme minute. Alexandre Mendy cherche à trouver Yoann Court dans l’axe, mais Abdou Diallo vient couper une offensive particulièrement dangereuse pour le PSG. Avec sa récupération, le défenseur parisien lance le contre sur lequel son équipe pliera le match. Cruel pour les Bretons.


LES BUTS


40eme minute (0-1)
Sarabia se sort du pressing brestois pour servir Verratti. Le milieu italien se retourne et trouve Draxler entre les lignes bretonnes. L’Allemand lance Di Maria, qui se présente seul face à Larsonneur et réalise sa « spéciale » en piquant son ballon au-dessus du gardien. D’abord signalé hors-jeu, « Fideo » était parti à la limite et est réhabilité par le VAR.

72eme minute (1-1)
Superbe sortie de balle des Brestois, qui repartent de Larsonneur pour remonter tout le terrain. Excentré sur la droite, Charbonnier cherche Cardona plein axe. Il bénéficie d’un contre favorable face à Thiago Silva, trop tendre, et le ballon revient sur Court, qui fixe avant de décaler Grandsir. Ce dernier conclut d’une frappe entre les jambes de Rico.

85eme minute (1-2)
Sur un contre parisien, Draxler lance Choupo-Moting sur le côté gauche. Sans contrôle, l’international camerounais centre au cordeau vers Icardi. Bain est trop court pour dégager et l’attaquant argentin conclut avec beaucoup de sang-froid, malgré le retour de Perraud et de Larsonneur sur sa ligne.

 

LES TOPS ET LES FLOPS


IDRISSA GUEYE (6)

Après un début de match compliqué, en particulier dans la première relance, pour résister au pressing brestois, Idrissa Gueye est monté en puissance au fil des minutes. Le Sénégalais a gratté énormément de ballons à la récupération et montré du mieux techniquement. Le retour du Gueye infatigable travailleur dans l’entrejeu.
PABLO SARABIA (4)

Peu utilisé ces dernières semaines, Pablo Sarabia est clairement apparu en manque de rythme. L’ailier espagnol a beaucoup tenté depuis son côté droit. Mais il a très peu réussi, à l’image de centres dans l’ensemble imprécis. Il a étalé un manque de confiance criant dès qu’il a touché le ballon. De l’envie, mais c’est à peu près tout.
EDINSON CAVANI (3)

Edinson Cavani a manqué l’opportunité de marquer des points pour sa première titularisation avec le PSG depuis août. Loin d’être saignant physiquement et peu inspiré techniquement, l’attaquant uruguayen a traîné sa peine à la pointe de l’attaque parisienne. Jamais dans le coup et dans le tempo de ses partenaires. Pour ne rien arranger, Icardi a surgi pour donner la victoire à Paris.

 

LA FEUILLE DE MATCH


BREST – PSG : 1-2

Stade Francis-le-Blé (15 000 spectateurs environ)
Temps venteux – Pelouse bonne
Arbitre : M.Lesage (6)

Buts : Grandsir (72eme) pour Brest – Di Maria (40eme) et Icardi (85eme) pour le PSG

Avertissements : Court (95eme) pour Brest – Draxler (74eme) et A.Diallo (91eme) pour le PSG

Expulsion : Aucune

 

Brest
Brest
Larsonneur (5) – Faussurier (5), Castelletto (4), Bain (4), Perraud (5) – I.Diallo (6), Belkebla (5) – Cardona (5) puis A.Mendy (78eme), Autret (cap) (4) puis Grandsir (65eme), Court (6) – Charbonnier (6)


N’ont pas participé : Léon (g), Duverne, Baal, Magnetti, Mbock
Entraîneur : O.Dall’Oglio

 

PSG
PSG
Rico (5) – Dagba (6), T.Silva (cap) (4), A.Diallo (6), Kurzawa (5) – Gueye (6), Verratti (5) puis Marquinhos (80eme) – Sarabia (4) puis Choupo-Moting (80eme), Draxler (6), Di Maria (6) – Cavani (3) puis Icardi (80eme)


N’ont pas participé : Innocent (g), Kimpembe, Bernat, Paredes
Entraîneur : T.Tuchel
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Premier League (J15) : La mauvaise passe se poursuit pour Arsenal

Ce jeudi soir, pour la première de Ljungberg à l'Emirates Stadium, Arsenal a été battu par Brighton (1-2), lors du dernier match de la 15eme journée de Premier League.
Après 15 journées de Premier League, Arsenal est dixième. Voilà un bien triste constat pour un club qui s’enfonce chaque semaine un peu plus dans la crise. Battus par Brighton jeudi soir (1-2), les Gunners ont enchaîné un neuvième match sans victoires toutes compétitions confondues. Pour la première de Freddie Ljungberg à l’Emirates Stadium, les Londoniens ont concédé leur première défaite de la saison en championnat devant leur public, une semaine après leur revers face à Francfort en Ligue Europa. La situation ne s’améliore donc pas depuis le licenciement d’Unai Emery. Après un nul à Norwich dimanche (2-2), Arsenal continue sa chute libre au classement… et dans le jeu.

Lacazette n’a pas suffi


Car c’est bien le contenu qui est le plus affolant, bien que les Gunners soient désormais à dix points du Top 4. Complètement dominés en première période, les locaux ont subi le jeu face au promu, qui ne s’est pas fait prier pour ouvrir le score. Sur un corner venu de la droite, les défenseurs londoniens n’ont été ni au premier, ni au deuxième, ni au troisième ballon. Et c’est logiquement qu’ils ont été sanctionnés par Webster (36eme). A la pause, Ljungberg a tenté de faire réagir les siens en lançant Pépé dans la bataille. Pendant un (court) temps, Arsenal a alors mis plus de rythme et a été récompensé par l’égalisation de la tête de Lacazette (50eme). David Luiz s’est ensuite vu refuser un but pour un hors-jeu (64eme) alors que les Seagulls étaient moins bien. Mais contre le cours du jeu, Maupay a crucifié ses adversaires en fin de rencontre en devançant de la tête un David Luiz bien passif (81eme), pour confirmer sa belle adaptation à la Premier League (cinq buts).

Saint-Maximin buteur avec Newcastle


Au cœur de ce calendrier très chargé qui l’a vu perdre contre Manchester United (3-1), Leicester (0-2) et Liverpool (2-1), Brighton se relance et remonte à la 13eme place. Plus tôt dans la soirée, Newcastle a également pris ses distances avec la zone de relégation en battant Sheffield United (1-2) pour revenir à égalité de points avec sa victime du soir. L’ancien Niçois Allan Saint-Maximin a ouvert le score de la tête pour les Magpies, s’offrant ainsi son premier but dans le championnat d’Angleterre.

Real Madrid : L’agent de Bale évoque l'avenir du Gallois

Alors que la situation de Gareth Bale au Real Madrid ne semble pas être au mieux, Jonathan Barnett, l'agent du Gallois, a fait le point dans une interview donnée à la BBC.
« Le pays de Galles, le golf, Madrid. Dans cet ordre ». C’est avec ce message, écrit sur une banderole, que Gareth Bale avait conclu sa campagne de qualification à l’Euro 2020 avec sa sélection. De quoi faire énormément jaser au Real Madrid, où le Gallois ne fait plus l’unanimité depuis des mois. Mais, comme régulièrement, son agent a fait le point sur sa situation, dans un entretien accordé à la BBC. En mettant d’abord les choses au clair sur les rumeurs passées : « Bale n’a jamais demandé à partir, a-t-il ainsi assuré. Il a un contrat avec le Real Madrid (…) S’il est heureux ? Il n’est pas euphorique. Mais tant qu’il sera un joueur de Madrid, il jouera à 100% et le fera très bien. Il veut gagner la Liga la Ligue des Champions et tout le reste. Son état psychologique n’affectera pas son rendement ».

« Bale est l’un des meilleurs joueurs du monde »


Puis Barnett est passé en mode promotion de son poulain, auteur de deux buts et deux passes décisives en Liga cette saison : « Personne ne l’a jamais accusé de ne pas se donner à 100%, et Bale à 100% est l’un des meilleurs joueurs du monde. Les faits et les chiffres montrant que s’il est sur le terrain, le Real a plus de chances de gagner ». Pour combien de temps encore ? Si un départ cet été peut sembler acter, l’agent, lui, ne se précipite pas. « Il n’y a aucune certitude concernant un départ. S’il y a une opportunité adéquate et qui correspond à ce qu’il veut, nous devrons parler avec le président et nous verrons ». Un président qui ne voudra certainement pas brader son joueur de 30 ans, sous contrat jusqu’en 2022 et évalué à 60 millions d’euros par le site Transfermarkt.

L1 (J17) : Tout savoir sur Lille - Brest

Après deux victoires de rang, Lille a l'occasion d'en enchaîner une troisième en championnat pour la première fois depuis février dernier ce vendredi à domicile contre Brest (19h00), qui peine pour ramener des points de ses déplacements.

Lille - Brest, oĂą et quand voir le match


En direct sur beIN Sports 1 le vendredi 6 décembre à 19h00.

Lille - Brest, les compos probables


Lille


A venir...

Brest


A venir...

Lille - Brest, les groupes


Lille


Maignan, Jardim - Fonte, Djalo, Gabriel, Bradaric, Celik, Pied - André, Soumaré, Yazici, Xeka, Sanches, Ikoné

Brest


A venir...

Lille - Brest, la forme du moment


Les trois derniers matchs de Lille


03/12/2019 : Lyon - Lille (0-1 / L1)
30/11/2019 : Lille - Dijon (1-0 / L1)
27/11/2019 : Lille - Ajax Amsterdam (0-2 / LDC)

Les trois derniers matchs de Brest


03/12/2019 : Brest - Strasbourg (5-0 / L1)
29/11/2019 : Marseille - Brest (2-1 / L1)
23/11/2019 : Brest - Nantes (1-1 / L1)

Lille - Brest, les stats Ă  retenir (avec OPTA)



  • Lille a remportĂ© 5 de ses 6 derniers matches contre Brest en Ligue 1. Seule exception : sa dĂ©faite le 7 avril 2012 Ă  Francis-Le BlĂ© (1-3).

  • Lille affiche 85% de victoires Ă  domicile face Ă  Brest en Ligue 1 (11/13), son meilleur ratio de succès sur ses terres face Ă  un adversaire de l’élite affrontĂ© au moins 10 fois.

  • Lille a remportĂ© ses 2 derniers matches en Ligue 1 (1-0 v Dijon puis 1-0 Ă  Lyon), mais n’a plus fait la passe de 3 depuis janvier-fĂ©vrier 2019 (5).

  • Brest n’a gagnĂ© qu’un seul de ses 5 derniers matches de Ligue 1 (1 nul, 3 dĂ©faites) - le dernier en date contre Strasbourg le 3 dĂ©cembre (5-0) – après avoir remportĂ© ses 3 prĂ©cĂ©dents.

  • Lille est invaincu lors de ses 12 derniers matches Ă  domicile en Ligue 1 (10 victoires, 2 nuls), meilleure sĂ©rie en cours. Les Dogues affichent 11 clean sheets sur leurs terres dans l’élite en 2019, total le plus Ă©levĂ© en compagnie de Paris.

  • Brest n’a remportĂ© qu’un seul de ses 12 derniers dĂ©placements en Ligue 1 (2 nuls, 9 dĂ©faites), c’était le 19 octobre dernier Ă  Angers (1-0), qui est d’ailleurs son unique clean sheet Ă  l’extĂ©rieur sur la pĂ©riode (27 buts encaissĂ©s au total).

  • Lille n’a Ă©tĂ© menĂ© au score que durant 8 minutes Ă  domicile en Ligue 1 cette saison, moins que toute autre Ă©quipe. Les Dogues ont par ailleurs menĂ© au score durant 339 minutes dans leur antre, seul Paris (374) fait mieux.

  • Yusuf Yazici est impliquĂ© sur 5 des 7 derniers buts de Lille en Ligue 1 (1 but, 4 passes dĂ©cisives).

  • S’il joue, Mike Maignan fĂŞtera son 100eme match de Ligue 1, tous avec Lille. Il affiche 111 buts encaissĂ©s et 70,4% de tirs arrĂŞtĂ©s dans l’élite. C’est le moins bon pourcentage d’arrĂŞts d’un gardien du LOSC Ă  plus de 20 matches depuis qu’Opta analyse la Ligue 1 (2006-07).

  • L’attaquant de Brest GaĂ«tan Charbonnier a dĂ©livrĂ© 4 passes dĂ©cisives lors de ses 5 derniers matches de Ligue 1, c’est autant que lors de ses 53 prĂ©cĂ©dents. Il n’a cependant plus trouvĂ© le chemin des filets lors de ses 12 dernières rencontres dans l’élite, inscrivant un but pour la dernière fois le 24 aoĂ»t 2019 contre Reims.

Nîmes : Un grand ménage chez les Crocos ?

En difficulté cette saison, Nîmes pourrait procéder à quelques changements au sein de son organigramme sportif, d'après Midi Libre.
Giflés à Bordeaux (6-0) mardi, Nîmes est en très mauvaise posture. Les Crocos, 19emes avec un match de retard, n’ont plus gagné depuis la réception de Toulouse (1-0) le 21 septembre dernier et patinent en championnat. De quoi faire sérieusement réfléchir le président du NO. Selon Midi Libre, Rani Assaf aurait ciblé Eric Roy, ancien entraîneur de Nice, pour prendre en charge le recrutement alors que Laurent Boissier s’apprête à être remercié à la direction sportive. Mais ce n’est pas tout. Toujours selon le quotidien sudiste, Bernard Blaquart serait également en sursis. Le coach des Crocos pourrait être remercié si ses hommes ne remportent pas l’un des trois matchs avant la trêve. Et ce ne sera pas chose aisée : Lyon, Nantes et Marseille sont au programme d’ici-là, en plus de la réception de Saint-Etienne en huitième de finale de Coupe de la Ligue.

Everton : C'est fini pour Marco Silva

Au lendemain de la défaite contre Liverpool (5-2) dans le derby, Marco Silva a été licencié par Everton ce jeudi, alors que les Toffees sont actuellement relégables.
C’était très clairement dans les tuyaux depuis plusieurs heures et c'est maintenant confirmé : Marco Silva n’est plus l’entraîneur d’Everton. Les Toffees se sont séparés jeudi de leur coach portugais, arrivé à l’été 2018, comme indiqué dans un communiqué. Huitième de Premier League la saison dernière, le club de Liverpool est actuellement 18eme. La faute, notamment, à une série de trois revers de rang dont le dernier en date est la correction reçue mercredi soir à Anfield, dans le derby contre les Reds (5-2).



Alors qu’Everton accueillera Chelsea samedi (13h30), David Moyes est le favori pour prendre la succession du technicien de 42 ans. L’entraîneur écossais connaît parfaitement le club pour y avoir déjà officié entre 2002 et 2013.