Deadline looms as Nigeria face football ban

Nigeria has less than 24 hours to sort out the running of their football federation if they want to avoid the possibility of being banned by FIFA .

Nigeria has less than 24 hours to sort out the running of their football federation if they want to avoid the possibility of being banned by FIFA from international soccer, including exclusion from next month’s African Nations Cup qualifiers.



Soccer’s governing body issued the country with a final warning due to alleged state interference in the running of the Nigerian Football Federation (NFF).



FIFA’s leadership were kicked out of the NFF and a rival faction has taken control.



FIFA do not accept third-party interference in its member federations and said the NFF must be led by its elected president, voted in 2014. If that does not happen, FIFA says it would suspend Nigeria.



President Amaju Pinnick long-standing rival Chris Giwa took control after a recent court case him as the NFF President at the end of a protracted legal protest of the 2014 election results.



However, a Nigerian sports analyst, Godwin Ahigbe said Nigerians should wait for the ban adding that FIFA should desist from supporting the actions of the former head of the NFF, Amaju Pinnic.



He reiterated that even if the ban comes and last for ten years, Giwa will still be president depending on how people look at the case.



According to Ahigbe, since the crisis began, Nigeria has taken part in about two competitions, including the undergoing female world cup in France, while the under 13 National team defeated Mauritius in the African cup of nations qualifying game. He noted that the crisis is not disturbing anybody at all.



Nigeria is due to play a qualifier for the 2019 African Nations Cup on September 8, but a ban could lead to an expulsion from the preliminaries.



Nigeria has a long history of being threatened with FIFA sanctions for government or court interference in NFF affairs but have previously always backed down.



Ghana was also warned on Tuesday, but their government has quickly climbed down over a proposed legal bid to wind up the country’s football association (GFA) over corruption allegations.

Please Login to comment
  Subscribe  
Notify of

Antoine Griezmann au PSG ? Leonardo aurait donné son avis

Le directeur sportif parisien serait favorable à la venue d’Antoine Griezmann dans son club, quitte à se séparer de Neymar.

Un échange Antoine Griezmann et Neymar entre le FC Barcelone et le PSG a été évoqué dernièrement dans la presse espagnole. L’idée, loin d’être farfelue, serait bien à l’étude entre les responsables catalans et franciliens d’après ce que révèle ce vendredi le quotidien Sport. Cette source indique que même Leonardo, le directeur sportif des champions de France, serait assez enchanté par cette perspective.


Le désir de Neymar de retourner dans son ancienne maison barcelonaise n’est un secret pour personne. L’été dernier, le PSG est parvenu à le retenir, mais il aura du mal à le faire indéfiniment. La possibilité de céder le Brésilien en récupérant en échange les services d’un élément de la stature de Griezmann est tentante. Et elle l’est à plus forte raison lorsqu’on sait que Paris a besoin de remplacer Edinson Cavani aux avant-postes. Sauf un improbable revirement de scénario, l’Uruguayen est parti pour quitter le Parc des Princes lors du prochain mercato.




La balle serait dans le camp de Griezmann


Le problème qui se pose si l’idée d’un troc venait à faire son chemin c’est que la valeur marchande de l’international français ne correspond pas vraiment à celle du Brésilien. Une différence d’au moins 50M€ devra être comblée par les Espagnols. Cela étant, ces derniers devraient pouvoir bénéficier d’un contexte propice aux pourparlers et aux éventuels arrangements. Le PSG chercherait à « franciser » son effectif et le recrutement de l’ancien buteur de l’Atlético s’inscrirait en ce sens.


Reste à connaitre la position de Griezmann vis-à-vis de cette éventualité. Et il y a fort à parier que c’est de lui que dépendra la concrétisation ou pas de ce deal. Malgré une première saison compliquée à Barcelone, le Mâconnais n’est pas spécialement tenté par un départ. N’étant pas de ceux qui baissent les bras rapidement, il serait même motivé pour réussir au sein de l’équipe catalane. Une détermination que la direction du PSG aurait donc la possibilité de tester.


Eto’o et Drogba se révoltent contre deux médecins français

Samuel Eto’o et Didier Drogba, deux des plus grands joueurs africains de l’histoire, sont montés au créneau pour critiquer un échange tenu entre deux professeurs français.

Alors que la pandémie de coronavirus continue à gagner du terrain partout dans le monde, des essais cliniques sur de potentiels remèdes contre la maladie se multiplient. Parmi les solutions qui sont proposées il y a celle du vaccin BCG, qui est utilisé depuis des décennies contre la tuberculose. Son administration n’est cependant pas sans risque et deux médecins français ont eu la très controversée idée de le tester d’abord en Afrique. Cela a généré beaucoup de critiques, d’indignation et le mécontentement aussi de quelques personnalités phares de continent.


Lors d’une séquence diffusée sur la chaine d’information LCI, Pr Jean-Paul Mira, chef du service de réanimation de l’hôpital Cochin (Paris), et le Pr Camille Locht, directeur de recherche à l’Inserm, ont suggéré que des essais en Afrique étaient les mieux adaptés pour vérifier l’efficacité du fameux vaccin contre le Covid-19. « Si je peux être provocateur, est-ce qu’on ne devrait pas faire cette étude en Afrique où il n’y a pas de masques, pas de traitement, pas de réanimation ? Un peu comme c’est fait d’ailleurs pour certaines études sur le SIDA où chez les prostituées on essaie des choses parce qu’on sait qu’elles sont hautement exposées et qu’elles ne se protègent pas », a même osé déclarer le premier nommé.




Drogba : « L’Afrique n’est pas un laboratoire ! »


Samuel Eto’o a été la première personnalité à réagir à ces déclarations jugées discriminatoires et aussi humiliantes à l’endroit de l’Afrique et des Africains. Le Camerounais n’est pas allé par quatre chemins et a même traité les deux médecins de « fils de p****s » sur twitter. Quelques minutes après, il a posté un autre message sur le même réseau : « Assassins ». L’ancien Lion Indomptable est connu pour ne pas avoir la langue dans sa poche et il l’a prouvé de nouveau pour des sujets plus importants que le football.




Une autre star du continent a aussi tenu à exprimer son courroux, en l’occurrence Didier Drogba. Avec un ton plus posé mais tout aussi offensif, l’ancienne idole du Vélodrome a souligné qu’il était « inconcevable que nous continuons à accepter ceci ». « L’Afrique n’est pas un laboratoire », a-t-il enchéri, dénonçant « vivement ces propos graves, racistes et méprisants ». L’Ivoirien a ensuite appelé à « sauver les vies en Afrique et stopper la propagation de ce virus qui déstabilise le monde entier » plutôt que « de nous envisager comme cobayes ». Il a conclu en lançant un appel aux dirigeants africains : « ils ont la responsabilité de protéger les populations de ces complots abominables. »


Le vainqueur de la Coupe de la CAF en Ligue des Champions ?

La Confédération africaine de football envisagerait de rendre sa Coupe de la CAF qualificative pour la Ligue des Champions, comme en Europe.
Et si les deux finalistes ou le vainqueur de la Coupe de la Confédération gagnaient une place automatique en Ligue des Champions ? A l'image de ce qui se pratique en zone UEFA, la Confédération africaine de football réfléchit à cette possibilité. "Nous allons étudier cette option lors de la prochaine réunion qui devrait se dérouler pendant la deuxième moitié du mois d’avril", a indiqué Abdelmounaïm Bah (photo), le secrétaire général de la CAF par intérim, au cours d'un chat avec les médias anglophones.

Il s'agirait ainsi de donner davantage d'importance à la deuxième compétition interclubs africaine, et favoriser la régularité au sommet des grosses cylindrées continentales. L'incertitude demeure néanmoins quant à la reprise des éditions en cours de la Ligue des Champions et de la Coupe de la Confédération, dont les demi-finales étaient programmées au mois de mai prochain. Selon Abdelmounaïm Bah, la CAF entend faire reprendre les compétitions à la fin de la pandémie, quitte à les faire jouer au mois de septembre prochain.

Le vainqueur de la Coupe de la CAF en Ligue des Champions ?

La Confédération africaine de football envisagerait de rendre sa Coupe de la CAF qualificative pour la Ligue des Champions, comme en Europe.
Et si les deux finalistes ou le vainqueur de la Coupe de la Confédération gagnaient une place automatique en Ligue des Champions ? A l'image de ce qui se pratique en zone UEFA, la Confédération africaine de football réfléchit à cette possibilité. "Nous allons étudier cette option lors de la prochaine réunion qui devrait se dérouler pendant la deuxième moitié du mois d’avril", a indiqué Abdelmounaïm Bah (photo), le secrétaire général de la CAF par intérim, au cours d'un chat avec les médias anglophones.

Il s'agirait ainsi de donner davantage d'importance à la deuxième compétition interclubs africaine, et favoriser la régularité au sommet des grosses cylindrées continentales. L'incertitude demeure néanmoins quant à la reprise des éditions en cours de la Ligue des Champions et de la Coupe de la Confédération, dont les demi-finales étaient programmées au mois de mai prochain. Selon Abdelmounaïm Bah, la CAF entend faire reprendre les compétitions à la fin de la pandémie, quitte à les faire jouer au mois de septembre prochain.

Le vainqueur de la Coupe de la CAF en Ligue des Champions ?

La Confédération africaine de football envisagerait de rendre sa Coupe de la CAF qualificative pour la Ligue des Champions, comme en Europe.
Et si les deux finalistes ou le vainqueur de la Coupe de la Confédération gagnaient une place automatique en Ligue des Champions ? A l'image de ce qui se pratique en zone UEFA, la Confédération africaine de football réfléchit à cette possibilité. "Nous allons étudier cette option lors de la prochaine réunion qui devrait se dérouler pendant la deuxième moitié du mois d’avril", a indiqué Abdelmounaïm Bah (photo), le secrétaire général de la CAF par intérim, au cours d'un chat avec les médias anglophones.

Il s'agirait ainsi de donner davantage d'importance à la deuxième compétition interclubs africaine, et favoriser la régularité au sommet des grosses cylindrées continentales. L'incertitude demeure néanmoins quant à la reprise des éditions en cours de la Ligue des Champions et de la Coupe de la Confédération, dont les demi-finales étaient programmées au mois de mai prochain. Selon Abdelmounaïm Bah, la CAF entend faire reprendre les compétitions à la fin de la pandémie, quitte à les faire jouer au mois de septembre prochain.