Algeria, Tunisia consider joining Morocco in future World Cup bid

Morocco last month lost out to a joint North American bid in the vote for the 2026 finals and immediately signalled its intention to try again, despite having bid five times and come up short each tim
Algeria and Tunisia are consider joining Morocco in a joint North African bid to host the 2030 World Cup, government officials said.

Morocco last month lost out to a joint North American bid in the vote for the 2026 finals and immediately signalled its intention to try again, despite having bid five times and come up short each time.

“Algeria will study a possible candidacy of the Maghreb countries for the organisation of the World Cup,” Algeria sports minister Mohamed Hattab told reporters.

“An application from the Maghreb with Morocco, Algeria and Tunisia can be achieved through existing infrastructure as well as future projects.

“When we look at our cities, with the sporting and cultural facilities present, we are able to consider that we can host major world events,” he said.

The era of the joint bid


Argentina, Uruguay and Paraguay last year launched a three-nation South American bid to host the 2030 tournament, seeking to mark the centenary of the first World Cup, hosted by Uruguay in 1930.

There have also been hints about a British bid, with the Football Association holding talks last month with the other home nations about the possibility of joining forces, according to reports.

Morocco and Tunisia played at the World Cup in Russia but were eliminated at the group stage, while Algeria reached the second round in Brazil four years ago.

A FIFA vote to decide the 2030 hosts is not expected before 2022, when the World Cup is headed to Qatar.

REUTERS
Please Login to comment
  Subscribe  
Notify of

L’UEFA est contre l'arrêt des championnats !

À la suite de l’annonce de l’arrêt du championnat belge, l’UEFA a recommandé aux championnats de conclure leur saison et menace d’exclure des compétitions européennes les clubs sacrés sur tapis vert.

Si le football européen est suspendu à la suite de la crise sanitaire du Covid-19, l’UEFA compte bien aller au bout de toutes les compétitions. La confédération a envoyé une lettre aux dirigeants des championnats européens jeudi et l’agence de presse AP s’est procurée le document. Le courrier, signé par les dirigeants de l’UEFA, l’association des clubs européens (ECA) et les dirigeants des championnats, rappelle l’importance que les des compétitions soient « décidées sur le terrain ». «Nous sommes convaincus que le football pourra redémarrer dans les mois à venir — avec des conditions qui seront dictées par les autorités publiques — et pensons que toute décision d’abandonner les compétitions nationales est, à ce stade, prématurée et non justifiée », ont déclaré le président de l’UEFA Aleksander Ceferin, le président de la CEA Andrea Agnelli, et le président d’European Leagues Lars-Christer Olsson.

Le FC Bruges menacé ?


L’UEFA ajoute une menace en cas de non-respect dans sa volonté d’uniformiser son plan de reprise. L’arrêt d’un championnat sans l’accord de l’UEFA pourrait engendrer l’exclusion des équipes pour la Ligue des champions et la Ligue Europa. Le Club Bruges, leader du championnat belge qui sera sacré sur tapis vert en cas d’officialisation de la décision de l’arrêt de la ligue, pourrait ainsi être privé de Ligue des Champions. L’UEFA dévoilera son nouveau calendrier au milieu du mois de mai. La confédération se concentre désormais sur « des scénarios couvrant les mois de juillet et août, y compris la possibilité que les compétitions de l’UEFA reprennent après l’achèvement des ligues nationales», précise le courrier envoyé aux ligues, clubs et associations nationales.

Antoine Griezmann au PSG ? Leonardo aurait donné son avis

Le directeur sportif parisien serait favorable à la venue d’Antoine Griezmann dans son club, quitte à se séparer de Neymar.

Un échange Antoine Griezmann et Neymar entre le FC Barcelone et le PSG a été évoqué dernièrement dans la presse espagnole. L’idée, loin d’être farfelue, serait bien à l’étude entre les responsables catalans et franciliens d’après ce que révèle ce vendredi le quotidien Sport. Cette source indique que même Leonardo, le directeur sportif des champions de France, serait assez enchanté par cette perspective.


Le désir de Neymar de retourner dans son ancienne maison barcelonaise n’est un secret pour personne. L’été dernier, le PSG est parvenu à le retenir, mais il aura du mal à le faire indéfiniment. La possibilité de céder le Brésilien en récupérant en échange les services d’un élément de la stature de Griezmann est tentante. Et elle l’est à plus forte raison lorsqu’on sait que Paris a besoin de remplacer Edinson Cavani aux avant-postes. Sauf un improbable revirement de scénario, l’Uruguayen est parti pour quitter le Parc des Princes lors du prochain mercato.




La balle serait dans le camp de Griezmann


Le problème qui se pose si l’idée d’un troc venait à faire son chemin c’est que la valeur marchande de l’international français ne correspond pas vraiment à celle du Brésilien. Une différence d’au moins 50M€ devra être comblée par les Espagnols. Cela étant, ces derniers devraient pouvoir bénéficier d’un contexte propice aux pourparlers et aux éventuels arrangements. Le PSG chercherait à « franciser » son effectif et le recrutement de l’ancien buteur de l’Atlético s’inscrirait en ce sens.


Reste à connaitre la position de Griezmann vis-à-vis de cette éventualité. Et il y a fort à parier que c’est de lui que dépendra la concrétisation ou pas de ce deal. Malgré une première saison compliquée à Barcelone, le Mâconnais n’est pas spécialement tenté par un départ. N’étant pas de ceux qui baissent les bras rapidement, il serait même motivé pour réussir au sein de l’équipe catalane. Une détermination que la direction du PSG aurait donc la possibilité de tester.


Eto’o et Drogba se révoltent contre deux médecins français

Samuel Eto’o et Didier Drogba, deux des plus grands joueurs africains de l’histoire, sont montés au créneau pour critiquer un échange tenu entre deux professeurs français.

Alors que la pandémie de coronavirus continue à gagner du terrain partout dans le monde, des essais cliniques sur de potentiels remèdes contre la maladie se multiplient. Parmi les solutions qui sont proposées il y a celle du vaccin BCG, qui est utilisé depuis des décennies contre la tuberculose. Son administration n’est cependant pas sans risque et deux médecins français ont eu la très controversée idée de le tester d’abord en Afrique. Cela a généré beaucoup de critiques, d’indignation et le mécontentement aussi de quelques personnalités phares de continent.


Lors d’une séquence diffusée sur la chaine d’information LCI, Pr Jean-Paul Mira, chef du service de réanimation de l’hôpital Cochin (Paris), et le Pr Camille Locht, directeur de recherche à l’Inserm, ont suggéré que des essais en Afrique étaient les mieux adaptés pour vérifier l’efficacité du fameux vaccin contre le Covid-19. « Si je peux être provocateur, est-ce qu’on ne devrait pas faire cette étude en Afrique où il n’y a pas de masques, pas de traitement, pas de réanimation ? Un peu comme c’est fait d’ailleurs pour certaines études sur le SIDA où chez les prostituées on essaie des choses parce qu’on sait qu’elles sont hautement exposées et qu’elles ne se protègent pas », a même osé déclarer le premier nommé.




Drogba : « L’Afrique n’est pas un laboratoire ! »


Samuel Eto’o a été la première personnalité à réagir à ces déclarations jugées discriminatoires et aussi humiliantes à l’endroit de l’Afrique et des Africains. Le Camerounais n’est pas allé par quatre chemins et a même traité les deux médecins de « fils de p****s » sur twitter. Quelques minutes après, il a posté un autre message sur le même réseau : « Assassins ». L’ancien Lion Indomptable est connu pour ne pas avoir la langue dans sa poche et il l’a prouvé de nouveau pour des sujets plus importants que le football.




Une autre star du continent a aussi tenu à exprimer son courroux, en l’occurrence Didier Drogba. Avec un ton plus posé mais tout aussi offensif, l’ancienne idole du Vélodrome a souligné qu’il était « inconcevable que nous continuons à accepter ceci ». « L’Afrique n’est pas un laboratoire », a-t-il enchéri, dénonçant « vivement ces propos graves, racistes et méprisants ». L’Ivoirien a ensuite appelé à « sauver les vies en Afrique et stopper la propagation de ce virus qui déstabilise le monde entier » plutôt que « de nous envisager comme cobayes ». Il a conclu en lançant un appel aux dirigeants africains : « ils ont la responsabilité de protéger les populations de ces complots abominables. »


Le vainqueur de la Coupe de la CAF en Ligue des Champions ?

La Confédération africaine de football envisagerait de rendre sa Coupe de la CAF qualificative pour la Ligue des Champions, comme en Europe.
Et si les deux finalistes ou le vainqueur de la Coupe de la Confédération gagnaient une place automatique en Ligue des Champions ? A l'image de ce qui se pratique en zone UEFA, la Confédération africaine de football réfléchit à cette possibilité. "Nous allons étudier cette option lors de la prochaine réunion qui devrait se dérouler pendant la deuxième moitié du mois d’avril", a indiqué Abdelmounaïm Bah (photo), le secrétaire général de la CAF par intérim, au cours d'un chat avec les médias anglophones.

Il s'agirait ainsi de donner davantage d'importance à la deuxième compétition interclubs africaine, et favoriser la régularité au sommet des grosses cylindrées continentales. L'incertitude demeure néanmoins quant à la reprise des éditions en cours de la Ligue des Champions et de la Coupe de la Confédération, dont les demi-finales étaient programmées au mois de mai prochain. Selon Abdelmounaïm Bah, la CAF entend faire reprendre les compétitions à la fin de la pandémie, quitte à les faire jouer au mois de septembre prochain.

Le vainqueur de la Coupe de la CAF en Ligue des Champions ?

La Confédération africaine de football envisagerait de rendre sa Coupe de la CAF qualificative pour la Ligue des Champions, comme en Europe.
Et si les deux finalistes ou le vainqueur de la Coupe de la Confédération gagnaient une place automatique en Ligue des Champions ? A l'image de ce qui se pratique en zone UEFA, la Confédération africaine de football réfléchit à cette possibilité. "Nous allons étudier cette option lors de la prochaine réunion qui devrait se dérouler pendant la deuxième moitié du mois d’avril", a indiqué Abdelmounaïm Bah (photo), le secrétaire général de la CAF par intérim, au cours d'un chat avec les médias anglophones.

Il s'agirait ainsi de donner davantage d'importance à la deuxième compétition interclubs africaine, et favoriser la régularité au sommet des grosses cylindrées continentales. L'incertitude demeure néanmoins quant à la reprise des éditions en cours de la Ligue des Champions et de la Coupe de la Confédération, dont les demi-finales étaient programmées au mois de mai prochain. Selon Abdelmounaïm Bah, la CAF entend faire reprendre les compétitions à la fin de la pandémie, quitte à les faire jouer au mois de septembre prochain.